Ecrire un pitch humoristique : une bonne idée?

Je fais partie du réseau d’entrepreneures Bouge ta Boite. Ce réseau propose des événements nationaux sur leur plateforme Internet. La semaine dernière, j’ai participé à l’un d’eux. J’ai retrouvé 10 autres entrepreneures pour pitcher mon activité. L’animatrice de la réunion nous a ensuite fait un retour sur cet exercice oratoire.

Si vous m’avez déjà rencontré lors d’une réunion de ce type, vous savez que le pitch est mon outil de communication chouchou. Je peux marier mes compétences en écriture et en interprétation. A chaque fois que je fois me prête à l’exercice, je le prépare avec une grande minutie pour qu’il soit aux petits oignons, toujours avec une pointe d’humour.

Comme à l’accoutumée, mon pitch a fait mouche. L’animatrice a salué ma prestation et a incité l’ensemble des participantes à faire de l’humour pour leur pitch.

Ecrire un pitch : attention à l’humour

Je suis polie. Je n’ai rien dit.

Lorsque j’anime des ateliers sur le pitch ou que j’accompagne individuellement des entrepreneurs sur ce sujet, je dis et je répète qu’il faut faire très attention avec l’humour. Le style est difficile à maitriser. De plus, il ne correspond pas forcément à la personnalité de tous les entrepreneurs et à l’image de toutes les entreprises.

Faire un pitch, c’est emmener un public dans son histoire. Ce n’est en aucun cas réaliser une prestation de stand up.

Pourtant la question du style est centrale dans l’écriture du pitch. En quelques mots, il faut poser l’univers de sa marque. Et voilà un défi sacrément compliqué à relever du fait même du processus d’écriture.

Pourquoi l’écriture du pitch est-elle difficile?

Ecrire est difficile pour tout le monde. Écrire sur soi encore plus. Comme je le racontais dans mon dernier live Instagram, l’écriture est un miroir. Pour sortir un texte, il faut arriver à se regarder. Du stylo ou du clavier surgissent des mots. Ils ne sont jamais strictement identiques à ce qu’on voudrait dire. Ils nous surprennent toujours. Écrire, c’est alors aussi supporter cette imprévisibilité.

Or lorsqu’on est entrepreneur, on est fréquemment dans une situation instable. On ne sait pas de quoi demain sera fait. Alors accepter, en plus, dans l’écriture, une incertitude, c’en est trop! Aussi pour se rassurer, on va souvent chercher à faire comme. Faire comme les concurrents. Faire comme les pros. Bref, emprunter un chemin qu’on pense connaître, mais qui ne fait pas sonner notre singularité.

Et à chaque fois, le pitch se vide. Il devient froid.

Ecrire un pitch avec style

Lors de ma dernière conférence intitulée « Trouver sa place dans l’écriture », j’ai proposé aux participants d’expérimenter la technique du flow d’écriture . Pendant une semaine, toujours au même moment de la journée, pendant 15 minutes, écrire tout ce qui passe dans notre tête sans arrêter le stylo. Un exercice pour apprendre à se supporter en train d’écrire et se laisser surprendre par les mots.

Et pour vous, comment se passe l'écriture du pitch?

Anne-Lise

Newsletter

Recevez 1 fois par mois une chronique inédite sur la rédaction et la communication.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Rédactrice et consultante en stratégie éditoriale, je fais émerger l'identité des entreprises. Je la mets en mots pour assoir leur notoriété et les positionner de manière stratégique.

Catégories

Prendre un rendez-vous découverte