/* Pinterest */ Goodies : le marketing du chou et de la chèvre - Anne-Lise Bouchut

Goodies : le marketing du chou et de la chèvre

Juil 21, 2023

Je viens à peine de poster cette photo sur Instagram que déjà, je reçois des messages de mes followers m’incitant à en faire un article

Ce que follower veut, follower a.

Dans ces messages, il faut entendre une incitation à l’écriture d’un article piquant. Le sous-texte que vous devez lire est :

« Vas-y Anne-Lise ! Démonte ce truc de gros beaufs ringards qui saccage notre planète sur l’autel du marketing »

Effectivement, si j’avais vu cette photo, si je n’avais pas assisté en personne au Tour de France, j’y serai allée de cynisme en perfidie.

Toutefois, ce lynchage écologique n’est pas sans me rappeler la grosse bourde qu’avait faite l’année dernière le maire de Lyon en démontant le Tour de France. Et par voix de presse, son directeur lui avait rappelé les enjeux économiques de cette manifestation et les efforts écologiques entrepris depuis des années.

Alors oui, le Tour de France pollue, mais il tend à réduire son impact.

Oui le Tour de France et sa caravane sont une énorme machine marketing. Mais quelle entreprise n’a pas besoin de marketing et de communication pour développer son chiffre d’affaires ?

Enfin, même si ça peut vous sembler un énorme cliché : le Tour de France est aussi une grande fête populaire. C’est assistant à sa préparation dans un tout petit village du Jura et à son passage que j’ai vraiment saisi la nécessité de cette ferveur.

Pris dans l’euphorie de ce rassemblement populaire, j’ai comme tout le monde hurlé pour récolter tous ces goodies. Mais, je me suis acheté une bonne conscience en me disant qu’il me servirait pour trouver des idées pour mes clients et moi.

Regardons ensemble de plus près ce que j’ai ramassé. Voyons ceux qui fonctionnent et ceux qui sont à côté de la plaque.

Un bob peut en cacher un autre

Dans cette entreprise de récolte d’objets publicitaire, je n’étais pas seul. Voilà des jours que nous fantasmions le projet. L’objectif fédérateur : récupérer un bob Cochonou.

LE bob Cochonou est l’emblème ultime du Tour de France. Un truc certes un peu ringard mais qui amuse tout le monde. Un goodies parfait pour être certains que de voir sur les réseaux sociaux inondés de selfies d’internaute arborant malicieux le fameux bob. Si ce bob fonctionne autant, c’est parce que non seulement il reprend les codes de la marque, mais que ces codes sont parfaitement alignés sur une image d’Épinal de l’événement sportif.

Forcément, face au succès de cet objet pub, il y a plus d’une marque qui a cherché à faire de même. Pour Škoda, ça tombe à l’eau. Le bob ne reflète pas la marque, n’a aucun lien avec le storytelling du Tour de France et est de très mauvaise qualité. Il ne marquera pas les esprits et finira en un claquement de doigts à la poubelle. Même chose pour Kris : le bob est raté.

En revanche, LCL et Tourtelle s’en sortent à merveille. Le lion de LCL est depuis très longtemps associé au Tour de France. Cette marque a choisi une forme différente : une casquette de cycliste. Il y a fort à parier que ceux qui la ramasse la mette pour faire du vélo ou la donne. Le selfie casquette LCL a de grande chance de faire son apparition sur les réseaux sociaux. Pour Tourtelle, on est dans le même esprit que ce que Cochonou a réalisé. Un bob de qualité qui reprend les codes de la marque et l’esprit du Tour de France.

Les sans-fautes

Si vous avez déjà eu la chance de suivre une formation en techniques de vente, votre formateur a dû vous répéter en boucle que pour vendre, il faut faire vivre une expérience, faire tester le produit. Un sans-faute donc pour les marques qui ont choisi de distribuer des échantillons. Mention très bien pour celles qui ont fait un effort pour développer un packaging le plus écoresponsable possible.

Ça paraissait une bonne idée

Pour qu’un goodies remplisse son objectif de notoriété, il doit être durable. Le consommateur ou le prospect doit avoir votre marque sous les yeux souvent. Le porte-clé est à priori une excellente idée.

Century 21 a choisi de le faire confectionner dans un matériau durable. Et un bon point pour cette marque.

En revanche, pour écosystème, c’est un peu plus tirer par les cheveux. Leur mission est de nous inciter à réparer pour éviter les déchets. Souvenons-nous que la meilleure façon de réduire les déchets est de ne pas produire d’objet. Or, là, nous avons un porte-clé. Ils essayent de nous empapaouter en ajouter un accessoire : un vraiment très très mini tournevis. Après un remue-méninges approfondi pour trouver son utilité, ma soeur a eu une idée : ça peut servir pour revisser les lunettes. Oui… ça peut… Mais n’importe quel opticien vous le fera gracieusement. Par conséquent à quoi bon avoir ce type de tournevis.

Écosystème a donc complètement raté sa communication. Il a fait produire un objet en décalage total avec son message fort.

Les valeurs sûres

Certes ce ne sont pas des objets originaux. Mais ce sont des objets avec lesquels le risque d’impair est faible et où l’impact de notoriété est fort : le gobelet et le crayon (ça marque aussi avec un stylo).

Un joli design, une fonctionnalité simple et courante. Et hop ! Vous pouvez être certains que vos prospects vont vous emmener partout !

Et vous, quels sont les goodies que vous aimez ? Lequel pourrait correspondre à ma marque ?

Anne-Lise

Newsletter

Recevez 1 fois par mois une chronique inédite sur la rédaction et la communication.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rédactrice et consultante en stratégie éditoriale, je fais émerger l'identité des entreprises. Je la mets en mots pour assoir leur notoriété et les positionner de manière stratégique.

Catégories

Prendre un rendez-vous découverte