Personal branding : comment se décoincer

J’accompagne de plus en plus d’entrepreneurs dans leur stratégie sur les réseaux sociaux. Une à deux fois par mois, nous échangeons sur les contenus à rédiger pour mettre en valeur leur entreprise.

Pour la majorité, ils doivent développer leur personal branding c’est-à-dire faire savoir qu’ils sont sympas pour donner envie de travailler avec eux. Pour cela, il faut décaler le propos de la stricte promotion de ses produits et ses services vers des sujets connexes et incarnés.

Ne pas oser parler de soi

J’en ai parlé à plusieurs reprises dans des articles et des newsletters. J’ai aussi écrit un e-book à ce sujet. Enfin je le mets moi-même en œuvre dans ma communication. Et les entrepreneurs que j’accompagne adorent me suivre ; une nette préférence se dégage quand même pour les contenus parlant de Pripri (le setter anglais de mon mari).

Si je résume : mes clients me paient pour que je les aide à développer ce type de communication. Ils sont complètement d’accord sur le fait que c’est dans ce sens là qu’il faut aller. Et pourtant… ils bloquent!

Je vous passe toutes les excuses qu’ils invoquent pour ne pas se jeter à l’eau. Je les rejette toutes en masse. Une fois que j’étais en tête à tête avec Pripri, je me suis énervée : mais pourquoi donc ils n’y vont pas alors que c’est si facile d’y aller!

Et bien… parce que c’est pas si facile d’y aller. (Non ce n’est pas Pripri qui a trouvé cette réponse. C’est bien moi en reprenant mes esprits.)

Mon expérience du personal branding

Pour moi, vous parler de Pripri dans cette newsletter, de mes essais d’aquarelle sur Insta ou du burkini sur Anne-Lise fait des chansons, c’est facile. C’est facile, car c’est ce que je fais à peu près depuis que je sais écrire.

Au siècle dernier, il était courant d’avoir une correspondante. Ce que j’ai eue. J’ai ensuite entretenu des correspondances par mail pendant plusieurs années avec des personnes qui étaient à la fois dans ma vie professionnelle et plus ou moins personnelle. J’ai donc appris à raconter mon quotidien en me mettant sous mon meilleur jour. (Je pense que vous aurez compris que j’aurai bien aimé un glissement de la vie pro vers la vie perso… mais je peux pas vous en dire plus. Mes parents me lisent.).

Et je crois que c’est véritablement ce type d’expérience qui manque pour oser déployer son personal branding.

Alors si ça vous tente, je vous propose qu’on le vive ensemble. Le temps d’un été, écrivons-nous. Avec du vrai papier, de vraies enveloppes et des timbres qu’on lèche même si c’est un peu dégueu.

Alors ça vous tente, envoyez-moi votre adresse et… c'est parti mon kiki!

Anne-Lise

Newsletter

Recevez tous les 15 jours une chronique inédite et mes derniers articles

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Rédactrice et consultante en stratégie éditoriale, je fais émerger l'identité des entreprises. Je la mets en mots pour assoir leur notoriété et les positionner de manière stratégique.

Catégories

Prendre un rendez-vous découverte