Rédaction de portrait pour un cabinet d’avocat

Juin 24, 2022

S’il y a bien secteur où il est difficile de se démarquer, c’est celui des cabinets d’avocat. La communication reste encore froide. Pourtant, faire vivre son personal branding est essentiel non seulement pour capter l’attention, mais aussi pour rassurer ses futurs clients.

Merci à Maitre « Miss Bagwoman » pour sa confiance en mon audace!

Storytelling pour iamavocat.com

Savez-vous que Maître Agbo-Gardon n’a pas toujours été avocat ?

Du plus loin qu’on s’en souvienne, Maître Agbo-Gardon a pour passion pour le décorticage. 

Elle aime écouter, trier, réorganiser.

Par un beau matin d’octobre, Maître Agbo-Gardon -qu’on n’appelait pas encore Maître mais simplement « Miss Bagwoman »- fut envoyée à Chinatown. Sa mission : débusquer les contrefaçons.

Cachée derrière un stand, armée de son plus beau « Kodak » (marque enregistrée, d’un tiers…), mille et une question venaient l’assaillir : une simple photo, un ticket de caisse rudimentaire … est-ce suffisant comme preuve ? Comment rassembler assez de preuves pour asseoir une action en contrefaçon?

Et ces produits, sont-ils mis sur le marché par le licencié ou par un simple contrefacteur ? Et si c’est le licencié, ne sait-il pas que l’air du temps (pour la marque) est à la jupe courte, et que 10 cm de plus, ce n’est plus notre image de marque ?  

Décortiquer, combiner, assembler, traquer, c’est chouette. 

Mais au milieu de la grande pomme, Miss Bagwoman fut prise d’une soudaine envie d’explorer encore et encore. Parce qu’il n’y a pas que les business models dans la vie, elle décida d’aller se balader du côté de la Parsons School of Design. Juste pour le plaisir de décortiquer, elle passa the Certificate of fashion design.

Histoire de l’art, dessin de vêtement, réalisation de patrons, assemblage des pièces, modélisation de gestion de boutique… Miss Bagwoman vit de l’intérieur toutes les étapes de la création d’une marque et d’une collection. Et sur sa machine à coudre, encore une fois, son esprit se balada ; toujours et encore vers les mêmes champs de questionnement qu’à Chinatown.

Et si on faisait comme si elle voulait créer pour de vrai sa marque ? Et si on faisait comme si elle voulait vendre ses vêtements ? Comment pourrait-elle faire pour les protéger des copies ? Comment faire reconnaître que c’est bien elle la créatrice ? Comment s’assurer que personne ne vienne lui piquer le nom de sa marque ?

Chinatown, la Parsons School, l’univers de la création : tout ne serait donc que droit?

Elle quitte New-York et le business du luxe.

Retour au pied de la Tour Eiffel. Miss Bagwoman veut protéger les marques, les innovations et les créateurs.

Après une Licence en droit des affaires, un Master 2 de droit de la globalisation économique à Sciences Po Paris (IEP Paris) et le CAPA (Certificat d’Aptitude à la Profession d’Avocat), Miss Bagwoman devient Maître Agbo-Gardon.

Anne-Lise

Newsletter

Recevez tous les 15 jours une chronique inédite et mes derniers articles

1 Commentaire

  1. Super portrait qui humanise une profession de prime abord très technique

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Rédactrice et consultante en stratégie éditoriale, je fais émerger l'identité des entreprises. Je la mets en mots pour assoir leur notoriété et les positionner de manière stratégique.

Catégories

Prendre un rendez-vous découverte