Frichti

Juin 5, 2016

Les journées de tournage d’atelier sont longues tant pour les Suricates que pour l’équipe d’A Nos Airs Libres.

Elle débute souvent très tôt pour avoir les temps d’installer le matériel avant l’arrivée des participants. Au moment de midi, peu de temps pour se pauser. Chacune des deux équipes fait un point sur sa matinée pour réajuster le tir sur la seconde partie de la journée. Une fois l’atelier terminée, il nous faut une petite heure pour tout ranger et un peu de temps tous ensemble pour décompresser avant de rentrer à la maison.

Avec une telle cadence, l’équilibre de la journée ne tient qu’à un fil… enfin qu’à un panier repas. Jusqu’à présent, la composition du pique-nique était ente les mains de Suricate-Réalisatrice et moi-même. Pour l’une comme pour l’autre, notre enfance a été bercée par les émissions culinaires de Jean-Pierre Coffe, Maïté etc. Alors quand nous arrivons en tournage dans les paniers pique-nique il y a:

un sanglier avec des frites, une volée d’oies, un troupeau de moutons, une omelette de huit douzaines d’œufs, un banc entier de poissons, un bœuf, une vache, deux veaux (« Oui, parce que séparer les familles, ça y faut pas faire, hein ! » ), une montagne de caviar (avec son petit toast), un chameau farci, un éléphant fourré aux olives.

Anne-Lise

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voilà plus de 15 ans que j’écris des histoires plus ou moins proches d’anecdotes personnelles vécues. Avec les mots, je transforme un quotidien somme toute très ordinaire en épopée digne des plus grands chevaliers.

Musique
CHANSON
berceuse, romance, mélodie, refrain, rengaine, air, baliverne, sornette, fadaise, conte, poème, histoire

Catégories

Ça vous titille ? Venez ! On cause en commentaire.