Lettre à François H. : silence et reconversion

Août 24, 2017

Salut François,

Comment ça va?

C’est la première fois que je t’écris! Je pense que tu as déjà entendu parler de moi. Souviens-toi, tu as pu lire mes premières lettres au moment de l’affaire Fillon. Je sais que tu t’es marré comme un bossus pendant leur lecture! J’ai ensuite envoyé des petits mots aux différents candidats à l’élection présidentielle pour leur proposer mon aide sur leur programme pour l’éducation. Maintenant, j’écris uniquement à Manu. On a plein de points communs, les échanges sont faciles.

Aujourd’hui si je t’écris c’est parce que j’ai l’impression que tu t’ennuies sévère en cette fin d’été. Pas facile d’être au chômage, hein? En même temps, c’est toi qui l’as choisi. Franchement tu as été hyper classe dans ton discours où tu annonçais que tu ne te représentais pas. Tu aurais pu faire l’autruche face aux sondages. Mais non. Tu as affronté la grosse claque de popularité que tu te prenais depuis des mois et tu t’es retiré. Tu t’es retiré, oui. C’est ce que tu as fait. Si, si.

Alors pourquoi en cette fin d’été venir la ramener ? Hein ? Pourquoi ? Ça t’angoisse tant que ça de rester à la maison ?

Certains te disent peut-être que tu as l’âge de la retraite, qu’il faut que tu profites de la vie, de tes enfants, de tes petits-enfants, de Julie… Mais moi, je comprends que tu aies envie de continuer d’avoir une vie professionnelle. Néanmoins, entre toi et moi, tu n’as pas un peu fait le tour de la politique ? Tu veux quoi de plus que Président de la République ? Maître de monde ? Ça n’existe pas! Et je sais que tu le sais.

Bon alors ? C’est quoi le problème ? Tu n’as pas d’idée de nouveaux métiers ? C’est normal, c’est difficile une reconversion professionnelle. Et je suis bien placée pour te le dire. Après avoir passé plus de 10 ans dans la jungle des formateurs-consultants, j’ai tout plaqué. Dans ma situation, il a été assez facile pour moi de trouver autre chose. Je fais partie d’une génération où on nous a seriné tout au long de notre scolarité qu’il nous faudrait changer plusieurs fois de métiers dans notre vie. Alors j’étais déjà habituée à l’idée. Pour le secteur professionnel, je ne suis pas aller chercher midi à quatorze heure : je me suis juste dirigée sur ce que je faisais depuis toujours : écrire et aider les gens à écrire.

Pour toi, je pense que ça ne va pas être aussi simple. Si je te demande ce que tu voulais faire lorsque tu avais 8 ans, à coup sûr tu me réponds Président. Bon. Va falloir se creuser un peu les méninges. Ton conseiller Pôle Emploi t’as sûrement parlé du bilan de compétences ? Tu es déjà inscrit ? Je comprends que tu hésites, beaucoup de gens sont déçus par cette démarche.

Moi je pense qu’il faudrait que tu te reconnectes à toi-même. Je crois qu’un voyage te ferait du bien. Un treck. La rando, c’est un truc formidable pour réfléchir sur soi. J’ai deux trois idées de destination qui pourraient te plaire.

Je viens à Paris les 8 et 9 septembre. On pourrait se prendre un café pour en parler. Quand es-tu dispo ?

Bises

Anne-Lise

Ne loupez aucune chanson !

Pour recevoir un mail hebdomadaire avec les derniers articles publiés

J'ai lu et j'accepte la politique de confidentialité de ce site.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voilà plus de 15 ans que j’écris des histoires plus ou moins proches d’anecdotes personnelles vécues. Avec les mots, je transforme un quotidien somme toute très ordinaire en épopée digne des plus grands chevaliers.

Musique
CHANSON
berceuse, romance, mélodie, refrain, rengaine, air, baliverne, sornette, fadaise, conte, poème, histoire

Catégories

Ça vous titille ? Venez ! On cause en commentaire.