Lettre à Manu : tu deviens un vrai punk à chiens

Avr 21, 2019

Salut Manu,

Comment vas-tu? Tu me semble péter la forme! Après avoir jouer l’antisocial la semaine dernière, tu es en train de devenir un vrai punk à chien! Plus rien ne t’arrête! Mort au système! Brûlons l’ENA!

Je n’ai pas vraiment compris pourquoi tu voulais faire ça. Il semble que derrière tu veux mettre un terme au formatage des fonctionnaires en supprimant cette école qui serait trop élitiste. Bon, jeudi tu vas certainement m’expliquer un peu mieux ton idée.

Mais avant que tu ne te fasses percer le nez, tatouer Fuck le système et que tu ne t’embarques dans des explications alambiquées pour ton intervention télévisuelle de la semaine prochaine, j’avais envie de t’apporter deux trois éléments de réflexion.

On ne va pas se mentir, proposer des réformes en matière d’éducation, ce n’est pas ton point fort. Je ne veux pas remuer le couteau dans la plaie. Mais souviens toi de ce que tu avais proposé comme projet pour moderniser l’école lors de ton programme pour l’élection présidentielle : l’interdiction des téléphones portables. Et pourquoi ne pas essayer d’interdire les malabars dans la cours de récré pour lutter contre le décrochage scolaire? Pour que les élèves apprennent mieux, voici la solution : leur empêcher de jouer avec les décalcomanies des buble gum! Youpi!

Alors si j’ai bien compris, tu voudrais supprimer l’ENA car le concours d’entrée est injuste : seule les élites y ont accès. Je suis vraiment désolée, mais je n’ai pas très bien compris ton argument. Il me semble que tout un chacun peut s’inscrire au concours. D’autre part, je serais fort étonnée que les copies ne soient pas anonymisée. Donc sur le papier, tout le monde peut présenter le concours et le réussir…

Ah oui mais mince! C’est ça le problème! La très grande majorité des élèves réussissant le concours viennent de milieux socio-économiques élevés. Parents, Grand-parents voire arrières grand-parents ont fait des études supérieurs et ont des postes à très haute responsabilités. Mais au fait, ce n’est pas aussi le cas de toutes les grandes écoles? Du coup, si on suit ton raisonnement, on ferme Polytechnique, HEC et autres afin de réduire l’inégalité des chances ? Supprimons tous les lieux où l’on pense, où on fait de la recherche fondamentale ou on forme des cadres pour plus d’égalité! Finissons tous devant la télé-réalité pour davantage de justice sociale!

Ah! Je te vois! Tu souris! Tu te rends compte tout seul à quel point ton idée, elle est conne! Parce que le problème ce n’est finalement pas tant l’existence de ses écoles que la mort depuis 30 ans de l’ascenseur social qui permettait à tous les élèves de pouvoir envisager de réussir ces concours. Le problème est bien que l’école, et ce dès la maternelle, n’arrive plus à réduire les inégalités face aux savoirs. Aujourd’hui seuls les enfants ayant été bercés dans des milieux maîtrisant les codes et savoirs de l’Education Nationale peuvent arriver à décrocher des diplômes de l’enseignement supérieur. Alors Manu, et si au lieu de couper la tête à l’ENA, on s’occupait réellement de ce qui se passe avant?

Ton deuxième argument serait que l’ENA formate les hauts fonctionnaires. Du coup, on fout tout le monde dehors, on ferme le bâtiment. Et hop! problème réglé!

Manu, j’ai une question : as-tu déjà utilisé une photocopieuse? Si elle venait à tomber en panne, nul doute que tu irai te servir d’une autre photocopieuse. Au final, quelle que soit la photocopieuse que tu utilises, tu auras toujours tes photocopies. Et bien je crois que si tu supprimes l’ENA, autre chose sera créée et qui, à son tour, formatera des fonctionnaires. Car à mon sens, il serait bien plus profitable de réfléchir à la manière dont on peut former ces fonctionnaires, à la manière dont on peut accompagner des futurs fonctionnaire à penser par eux-même leurs futures problématiques professionnelle, à la manière dont on peut leur donner les moyens pour devenir plus agile. Et puis tant qu’à s’engager dans ce type de réflexion, on pourrait aussi avoir l’ambition folle de la transférer à l’ensemble de notre système éducatif français afin de former des citoyens libres et égaux. T’en penses quoi?

Si tu veux en discuter de vive voix d’ici jeudi, n’hésite pas à me passer un coup de fil. Tu as mon numéro?

Bises,

Anne-Lise

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voilà plus de 15 ans que j’écris des histoires plus ou moins proches d’anecdotes personnelles vécues. Avec les mots, je transforme un quotidien somme toute très ordinaire en épopée digne des plus grands chevaliers.

Musique
CHANSON
berceuse, romance, mélodie, refrain, rengaine, air, baliverne, sornette, fadaise, conte, poème, histoire

Catégories

Ça vous titille ? Venez ! On cause en commentaire.