On ne peut pas faire plus simple?

Nov 16, 2019

Jeudi vers 15 h 30, alors que j’étais en train de donner un cours, je reçois un message. Oui je sais ! ça ne se fait pas de regarder son téléphone pendant qu’on donne des cours. Mais moi je m’en fous ! Je suis Docteure. Je fais ce que je veux !

Le message est un MMS envoyé d’un téléphone, mais arrivant sur ma boite mail. Impossible d’identifier l’émetteur.

Me voilà donc obligé de rouvrir ma rubrique courrier des lecteurs pour y répondre.

Petite précision pour ceux qui ne me suivent pas sur les réseaux sociaux, notamment sur Facebook :j’écris des articles pour un magazine gratuit. Une moitié est destinée aux femmes, l’autre aux hommes. Régulièrement, je poste sur ce réseau social les sujets d’article que je dois rédiger afin que ma communauté puisse témoigner et me donner des idées.

L’auteur du MMS semble ainsi me suivre là-bas… Faisant référence à un texte de la rubrique masculine, je suppose qu’il s’agit d’un homme.

Voici son message :

Ai bien apprécié ton article sur les sites de rencontre. Je comprends mieux tes questions sur Facebook. À quand « avez-vous essayé les plans directs » ?

Cher lecteur,

Merci, oh oui merci ! pour l’intérêt que vous portez à mes articles qui sans aucun doute me feront décrocher le prix Albert Londres.

Je le sens : vous vous impatientez de lire le prochain numéro. Vous allez jusqu’à me suggérer, l’air de rien, un thème. Vous voulez en quelque sorte être mon assistant.

Grand coquin ! Ne seriez-vous pas en train d’essayer de me prendre pour une lapine de trois semaines ? Ne faites pas l’innocent ! Ne prenez pas comme futile prétexte le souhait de m’apporter de l’aide !

Croyez-vous vraiment que vous êtes le premier à me faire le coup ? Combien de fois m’a-t-on dit de « c’est pas pour moi, c’est pour un copain ? »

Allez ça ne fait rien ! Je vais quand même vous aider.

D’après l’intérêt que vous portez à la rubrique amour de mon magazine, tout laisse à penser que votre « cœur » est à prendre. Toutefois, au vocabulaire que vous employez, il me semble que vous ne cherchez pas à convoler en justes noces. Votre quête apparaît davantage se situer autour du badinage.

Vous vous êtes certainement reconnu dans mon texte sur les sites de rencontre à la titraille digne des plus grands journalistes d’investigation :

  • Site de rencontre s’inscrire ou pas
  • Les inconvénients du supermarché
  • Les avantages de la technologie

Et je conclus ce sublime papier en vous incitant à tenter l’expérience. Quand la cause est désespérée, autant mettre toutes les chances de son côté.

Vous n’êtes pas dupe. Vous passez certainement de très longues heures chaque jour là-bas et enchaînez les plans foireux. Quand, par le plus grand des hasards, sur un malentendu, vous finissez par décrocher un rendez-vous, votre cœur, mais aussi votre un-peu-plus bas s’émoustille… Mais, il s’échauffera seul. Puisqu’à chaque fois vous rentrez bredouille et finissez la soirée dans votre canapé avec une tisane.

Alors là, vous vous dites que vous n’avez vraiment plus rien à perdre. Vous avez envie de choper dans la vraie vie. Votre emploi du temps étant bien chargé,  il faut que ça soit très rapide. Après tout, on ne badine pas avec l’amour.

Alors, oui pourquoi ne pas tenter le tout pour le tout. J’admire votre audace ! C’est beau ! C’est courageux ! C’est chevaleresque. Je vous imagine. Le regard ténébreux. Un charisme incroyable.  » Salut poulette ! Tu viens jouer sous la couette ? » Car oui, je vous imagine aussi poète. Vous aimez les mots, vous aimez les rimes. Je vous imagine avec une assurance à toute épreuve qui fera chavirer toutes les gallinacées que vous croiserez.

Bizarrement, je ne pourrais pas vraiment l’expliquer, mais j’ai l’intuition que vous n’êtes pas celui que j’imagine. En effet, le MMS que vous m’avez envoyé laisse penser que nous nous connaissons. J’ai beau chercher dans tous mes contacts. Absolument aucun n’est comme l’être exceptionnel que je décris. Sinon je passerai déjà mes journées avec lui sur son cheval blanc.

Par conséquent, vous allez devoir sortir les rames pour arriver à vous envoyer en l’air.  Vous allez devoir développer des talents d’acteur incroyables pour arriver à lui faire croire que ce qu’elle vous raconte vous intéresse. Vous allez devoir vous coltiner une sortie dans un lieu culturel. Allez savoir pourquoi : alors qu’en temps normal tout le monde s’en cogne la cacahuète des musées, cinémas et autres théâtres, au moment de la parade nuptiale ces lieux deviennent des incontournables. Vous allez devoir vous fader à lui trouver des cadeaux. Oui, l’amour s’achète ! Mais jamais directement.

Et enfin, et surtout ! vous allez devoir développer votre vocabulaire et apprendre à manier les figures de style. Car n’oublions pas l’objectif de tous ces efforts surhumains : le zizi-panpan. Si par malheur vous veniez, en désespoir de cause, à lui dire « Bon c’est bien joli tout ça, mais on baise maintenant ? » Vous êtes certain de vous faire évincer.

Vous l’aurez compris, votre idée de plan direct est vraiment très mauvaise.

Mais nous vous inquiétez pas, je reste à votre disposition. Si votre souhaitez d’autres conseils pour sortir de votre désert sentimental, n’hésitez pas à m’envoyer un petit message. Je me ferai une joie de vous aider sur le plus beau chemin que la vie nous offre : l’Amour.

Bien à vous,

Anne-Lise

Ne loupez aucune chanson !

Pour recevoir un mail hebdomadaire avec les derniers articles publiés

J'ai lu et j'accepte la politique de confidentialité de ce site.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voilà plus de 15 ans que j’écris des histoires plus ou moins proches d’anecdotes personnelles vécues. Avec les mots, je transforme un quotidien somme toute très ordinaire en épopée digne des plus grands chevaliers.

Musique
CHANSON
berceuse, romance, mélodie, refrain, rengaine, air, baliverne, sornette, fadaise, conte, poème, histoire

Catégories

Ça vous titille ? Venez ! On cause en commentaire.