Plonger dans le passé ?

Sep 1, 2022

La dernière fois que j’ai plongé dans mes archives d’adolescente, l’effet a été cruel.

Petit Bouchut revenait à la maison avec son premier bulletin du collège. Je connaissais déjà ses notes. J’avais une idée des appréciations qu’il pouvait avoir. Pour lui montrer qu’il s’agissait d’un sort familial, j’avais entrepris de ressortir mes propres bulletins. Ils auraient dû avoir comme commentaire « élève trop timide ». La réalité n’a pas été celle-là. Oui, cette annotation était de temps à autre présente. Mais ce sont surtout les remarques méprisantes de mes professeurs qui m’ont sauté au visage.

Cet été, j’entrepris de faire un grand tri dans les affaires encore stockées chez Papi Guy et Mamie Christiane. En me replongeant dans ce foutraque, je me suis souvenu d’un cahier ; une sorte de journal intime coécrit avec Sophie du 5 mai et une certaine Vampirella.

Pendant tout le tri, je me suis demandé ce que j’allais en faire une fois exhumé. Après ma mésaventure avec mes bulletins scolaires, je n’étais pas certaine de vouloir à nouveau marcher sur les traces de mon passé. Et d’autant plus dans les conditions de cet été 2022.

Avouons le, en 1995-96, je suis à peu près certaine qu’on n’aurait jamais signé pour un futur tel qu’on le vit. Me faire piquer tous les soirs 10 fois par des moustiques tigres, fuir une chambre à cause d’un frelon asiatique, être assommé pendant des semaines par 40°, avoir une assemblée nationale constituée de 164 députés d’extrême droite et d’extrême gauche, prier pour que la plus grande centrale nucléaire d’Europe ne nous pète pas à la gueule, espérer échapper à une famine mondiale, franchement, si on nous avait dit ça je crois qu’on serait partie élever des chèvres dans le Larzac.

Plus j’avançais dans cette quête, plus j’en étais certaine. La preuve en est :

  • Moi : tu te souviens du cahier?
  • Sophie du 5 mai : Ben oui. Grave. Je ne sais plus qui l’a gardé.
  • Moi : C’est moi. Je suis en pleine fouille archéologique. Je crois que je vais bientôt remettre la main dessus.
  • Sophie du 5 mai : Tu vas le relire
  • Moi : Même pas en rêve. Je me demandais s’il ne faudrait pas le détruire définitivement ?
  • Sophie du 5 mai : Je te donne le feu vert
  • Moi :… on pourrait peut-être le garder quand même au cas où on veuille le relire pour nos 80 ans.
  • Sophie du 5 mai : Enferme-le à double tour dans un coffre-fort anti bombardement. On se donne rendez-vous à l’Ehpad.
  • Moi : Tamdam ! Ragard! Il n’a pas changé!
  • Sophie du 5 mai : Envoie juste une petite vidéo où tu fais tourner les pages pour voir si… on ne sait pas… juste avoir un aperçu
  • Moi : J’ai tout lu.

Si vous lisez ce blog depuis longtemps, vous ne serez pas surpris de la chute. Aucune volonté. Je n’ai aucune volonté. Impossible de résister à quelque tentation qu’il soit.

Et j’ai drôlement bien fait.

Car drôle est justement ce qui caractérise notre écriture. À croire qu’on sentait qu’il allait nous falloir une bonne dose d’autodérision pour vivre les années 2020.

Anne-Lise

Ne loupez aucune chanson !

Pour recevoir un mail hebdomadaire avec les derniers articles publiés

J'ai lu et j'accepte la politique de confidentialité de ce site.

2 Commentaires

  1. Et le carnet, qu’en as-tu fait après l’avoir lu ?

    Réponse
    • Je l’ai gardé! Je compte bien le faire lire à Sophie du 5 mai. Si par hasard un jour on veut s’en débarrasser définitivement, je pense le donner à une association dans l’Ain qui archive les journaux intimes (dès que j’ai retrouvé le nom, je te dis! On peut aussi aller les consulter)

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voilà plus de 15 ans que j’écris des histoires plus ou moins proches d’anecdotes personnelles vécues. Avec les mots, je transforme un quotidien somme toute très ordinaire en épopée digne des plus grands chevaliers.

Musique
CHANSON
berceuse, romance, mélodie, refrain, rengaine, air, baliverne, sornette, fadaise, conte, poème, histoire

Catégories

Ça vous titille ? Venez ! On cause en commentaire.